Gracias a la vida

teaser

DE L'ATLANTIQUE AU PACIFIQUE...

Barbara Kusa, Mariana Rewerski, Luis Rigou – solistes
Ensemble La Chimera
Eduardo Egüez – direction

L’Amérique est une terre vaste, hétérogène, abondante et fertile. Elle a été, et continue d’être, un lieu de rencontre de cultures millénaires, qu’elles soient asiatiques, européennes, africaines ou locales, qui ont donné à ce continent une diversité, une variété, une pluralité. L’Amérique est un territoire aux multiples langues, qu’elles soient natives, latines ou anglo-saxonnes. Son horizon est
incommensurable, son histoire mystique et mystérieuse.

 Chaque peuple a une identité, une origine, un destin. Tout y est différent, varié et opposé. Cependant, parmi tant de diversité, une particularité la définit et l’unifie, en la distinguant des autres continents sur terre : sa musique.

Nombreuses sont les explications selon lesquelles la musique américaine est représentative de tout le continent, spécialement dans les temps modernes.
Quand, vers la fin du XVe siècle, l’Espagne a envahi l’Amérique, les civilisations précolombiennes possédaient déjà un langage musical déterminé, à vocation essentiellement rituelle. La présence massive de l’empire espagnol et portugais dans ce que l’on connaît aujourd’hui comme l’Amérique latine, tout comme le commerce d’esclaves africains et la typologie tribale des aborigènes qui habitaient le territoire ont imprimé une unité musicale, du Mexique jusqu’à l’actuelle Patagonie argentine et chilienne.

Le folklore de toute cette vaste région est né, s’est installé et s’est étendu d’une manière uniforme en créant des rythmes et des formes qui, bien qu’ils puissent présenter des différences, appartiennent au même creuset musical. Plus tard, l’actuelle Amérique du Nord a donné naissance au Jazz, le genre musical de forte influence noire, qui a nettement marqué les styles folkloriques du sud, et particulièrement celui du Brésil. Aujourd’hui, la grande Amérique a une identité musicale définie, formée par beaucoup de genres variés, mais qui sont perçus comme nuances de la même langue. Sa musique se produit et s’écoute dans tout le continent.

La Chimera se concentre cette fois sur une région emblématique, témoignage de ce qui vient d’être énoncé plus haut, composée originairement par des territoires guaranis et Incas, plus tard dominée par les Jésuites, pour arriver à nos jours avec les noms de Paraguay, de Bolivie, de Pérou, de Chili et d’Argentine. Gracias a la vida, qui prend le nom de la célèbre chanson de la compositrice chilienne Violeta Parra, est un hommage à la musique de ces peuples, à travers un «folklore imaginaire» qui parcourt et visite les époques musicales distinctes de la région.

Eduardo Egüez

Galerie

programme

  • Cinco siglos igual – León Gieco, arr. Eduardo Egüez
  • Quiero ser luz – Daniel Reguera, arr. Eduardo Egüez
  • Alfonsina y el mar – Ariel Ramírez, arr. Eduardo Egüez
  • La Colorada – Atahualpa Yupanqui
  • Ay! Linda amiga – Anonyme, arr. Eduardo Egüez
  • Viajero por la Tierra – Anonyme, arr. Maiz
  • El Cóndor pasa – Daniel A. Robles / Jorge Milchberg, arr. Eduardo Egüez
  • Vientito de Achala – José L. Aguirre, arr. Eduardo Egüez
  • El Seclanteño – Ariel Petrocelli, arr. Eduardo Egüez
  • Gracias a la vida – Violeta Parra, arr. Eduardo Egüez 
  • ¡Ay del alma mia! – Andrés Flores, arr. Eduardo Egüez 
  • El Verso – Indios Moxos – Anonime, arr. Eduardo Egüez 
  • Ara Vale Hava – Anonyme, arr. Eduardo Egüez 
  • Qué hermoso sueño soñé – Peteco Carabajal, arr. Eduardo Egüez 
  • Coplas Andinas – Anonyme, arr. Eduardo Egüez 
  • Ja Jai – Anonyme, arr. Maiz

Écouter en streaming

actus sur ce programme

Plus d'informations sur ce programme ?

n'hésitez pas à nous envoyer un e-mail, un SMS ou à nous appeler :

fr_FRFrançais